"VOICI TROIS ANS..."

Marie Marguerite Victoire Laurent, née Boucher, la grand-mère maternelle de Nerval, est morte le12 août 1828 à Paris. Trois ans plus tard, Nerval compose cette odelette, publiée pour la première fois en 1835 et reprise dans les Petits châteaux de Bohême. Le travail de la mémoire involontaire et les intermittences du coeur n'ont pas dû laisser Proust indifférent.

 

Voici trois ans qu'est morte ma grand-mère,
 
- La bonne femme! - et, quand on l'enterra,
 
Parents, amis, tout le monde pleura
 
D'une douleur bien vraie et bien amère.
 
 
 
Moi seul j'errais dans la maison, surpris
 
Plus que chagrin; et comme j'étais proche
 
De son cercueil, - quelqu'un me fit reproche
 
De voir cela sans larmes et sans cris.
 
 
 
Douleur bruyante est bien vite passée:
 
Depuis trois ans, d'autres émotions,
 
Des biens, des maux, - des révolutions, -
 
Ont dans les coeurs sa mémoire effacée.
 
 
 
Moi seul j'y songe, et la pleure souvent;
 
Depuis trois ans par le temps prenant force
 
Ainsi qu'un nom gravé dans une écorce,
 
Son souvenir se creuse plus avant!
item1
item6
item1a
item6a
SYLVIE LÉCUYER - GÉRARD DE
accueilNerval accueilTrinite accueilcollages accueiloeil accueilNerval accueilTrinite accueilcollages accueiloeil