Galabresilien2
FaustParisprogramme

JEANNE LÉCUYER (1899-1976)

ENFANCE - ENTRÉE AU CONSERVATOIRE DE PARIS

Jeanne Lécuyer est née à Paris en 1899, du remariage de Jules Lécuyer avec Pauline Colombet. Elle a presque vingt ans d'écart avec son frère Jules, dix ans d'écart avec sa soeur Georgette, nés du premier mariage de leur père. Enfance heureuse, choyée même, dans un milieu où l'art fait le quotidien des jours. Son père et son frère sont peintres, parmi les amis de la famille, les frères Belhomme, dont l'un est peintre et l'autre chanteur. C'est Hippolyte Belhomme, entré en 1885, dans l'emploi de basse chantante à l'Opéra-Comique, qui remarque la voix de Jeanne et suivra attentivement sa formation lyrique au Conservatoire. Après des études de piano, elle entre donc au Conservatoire de Paris en 1921 dans la classe de chant de Jacques Isnardon. En 1922 et 1923, elle obtient ses premières récompenses, accessits de chant, et d'opéra-comique ("elle joue mal, chante délicieusement" dit un critique). Durant ces deux années, elle donne également des concerts en province avec la troupe du Théâtre de Cluny de Paul Robert. À son répertoire, Carmen, Les Noces de Figaro, Manon, Lohengrin, et la Villanelle de Del Acqua. Au printemps 1924, elle part avec trois autres élèves, Micheletti, Faguen et Mlle Bocquet, pour une tournée de concerts à Bastia. Accueil triomphal. Tous les quatre seront lauréats au Concours du Conservatoire trois mois plus tard.

Jeanne enfance (cliquer pour voir la vidéo)

classeisnardon
correspondanceIsnardon2
correspondanceIsnardon1
correspondanceIsnardon3

La classe de Jacques Isnardon rue de Madrid. Le maître est au centre, Jeanne debout à droite

Correspondance du maître avec son élève pour la préparation du Concours de chant

__________

PREMIER PRIX DE CONSERVATOIRE - DÉBUTS À L'OPÉRA DE PARIS

En juillet 1924 commence pour Jeanne la session mouvementée des Concours du Conservatoire, qui s'achève en triomphe. Le 27 juin a eu lieu le concours de chant. Jeanne chante l'air du Freischütz de Weber et n'obtient qu'un second prix. Murmures et contestations du public et de la presse: "Le public a été fort en colère, parce qu'on n'a pas donné le premier prix à Mlle Lécuyer. En effet, Mlle Lécuyer a chanté de façon superbe l'air du Freischütz, et elle paraît avoir un tempérament dramatique". Nouvelle déception début juillet au concours d'opéra-comique. Cette fois, la critique se fait sévère à l'égard du jury: "Encore une mauvaise journée pour le Conservatoire. Une seule voix s'est imposée à notre admiration: celle de Mlle Lécuyer, une voix large, solide, bien timbrée, éclatante et chaude, une très belle voix de théâtre, facile et intelligente, une voix hors pair, qui s'impose; or, Mlle Lécuyer n'a reçu aucune récompense. Jusqu'à demain, la seule explication possible de cet oubli est que l'on réserve le premier prix d'opéra à cette voix qui ferait peut-être scandale à l'Opéra-Comique. Réservons donc notre jugement, car l'anormal, même au Conservatoire, a des limites".

Et en effet, le lendemain un superbe premier prix d'opéra et tragédie lyrique est décerné à Jeanne, dans le rôle de Marguerite de Faust. Prix d'autant plus remarqué qu'il fut le seul décerné, pour les hommes comme pour les femmes: "Pour les hommes et les femmes, il n'y eut en tout et pour tout qu'un seul premier prix, aussi le mérite de Mlle Lécuyer, qui l'obtint, n'en parut-il que plus grand. Et la décision du jury fut accueillie par l'ensemble des auditeurs avec enthousiasme. Mlle Lécuyer possède l'une des plus belles voix de soprano dramatique qu'il nous ait été donné depuis longtemps d'entendre. Les personnalités les mieux qualifiées s'accordent pour prédire à la jeune lauréate un avenir brillant."

Jacques Rouché, directeur de l'Opéra de Paris, l'engage immédiatement. Le contrat, signé le 28 juillet 1924, sera prolongé jusqu'au 30 septembre 1926. Jeanne débute donc à 25 ans sur la scène de l'Opéra de Paris dans le rôle de Marguerite de Faust, le 14 décembre 1924, dirigée au pupitre par Gabriel Grovlez. Critique très encourageante de Pierre Maudru: "Ses débuts sur notre grande scène lyrique auront été heureux; le public, après l'air des bijoux, l'a encouragée par des applaudissements nourris... Il me semble, dès maintenant, que Mlle Lécuyer peut tenir parfaitement sa place à l'Opéra".

Cependant, discrète, secrète même, Jeanne n'a pas un tempérament de diva nécessaire à une telle carrière. Elle préfère visiblement le concert, dont l'opportunité lui est largement offerte de 1925 à 1927.

lettreRoseCaron1924
lettreRoseCaronv1924
jeanne1erprixcop

lettre d'encouragement de Rose Caron avant le Concours, 25 juin 1924

article du journal Comoedia sur le 1er prix de Jeanne Lécuyer

programme de la soirée du 14 décembre 1924 à l'Opéra de Paris

FaustParisprogramme2

__________

1925-1927 - SCÈNES LYRIQUES, CONCERTS ET GALAS

Les années 1925 et 1926 sont chargées. Deux représentations lyriques, Hérodiade en mars 1926 sur la scène du Théâtre National Populaire, Palais du Trocadéro à Paris, où Jeanne tient le rôle de Salomé, et La Walkyrie à l'Opéra de Paris en août 1926 (rôle de Helmwigue). Multiples galas et concerts qui sont l'occasion d'explorer un répertoire moderne qui lui convient parfaitement, de connivence souvent avec les compositeurs.

En mai 1925, elle chante à Paris pour le gala du Centenaire de Charcot Au bord de l'eau de Fauré, Phidylé de Henri Duparc, Paysage de Reynaldo Hahn, Le Mariage des roses de César Franck. En mars 1926, elle participe, avec le chanteur Camargo et les concerts Colonne dirigés par Gabriel Pierné, à un Gala de musique brésilienne donné salle Gaveau en l'honneur du général Potyguara. En mars 1927, salle Pleyel, dans un concert qui réunit pour le Centenaire de la mort de Beethoven, Gil Graven, Charles Goetz et Jeanne Lécuyer, elle chante Apaisement, l'air d'Agathe du Freischütz, et deux mélodies de Marc Delmas, accompagnée par le compositeur. À Nancy la même année, elle interprète une mélodie, Chère Nuit, de son ami le compositeur Alfred Bachelet.

HerodiadeTNP
WalkyrieOperaprogramme
Galabresilien

mars et août 1926, programmes du TNP et de l'Opéra,

mars 1927, Gala de musique brésilienne salle Gaveau

26 mars 1927, concert salle Pleyel,

concertGraven1926

__________

SAISON 1927-1928 À LIÈGE

En mai 1927, Jeanne a signé un contrat d'engagement de cinq mois, à compter d'octobre 1927, avec François Gaillard, directeur du Théâtre-Royal de Liège, en qualité de "première chanteuse". La programmation est écrasante: gala d'ouverture de la saison à Spa, puis Faust, Thaïs, La Tosca, Hérodiade en gala avec le ténor Ansseau, création de Rhéna, du compositeur Jean Van den Eeden, Cavalleria rusticana, La Walkyrie, Mme Butterfly, Lohengrin à Liège, Namur et Maastricht.

Le 14 juillet 1927, le Casino de Spa donne une représentation de gala de musique française. Jeanne chante l'air de Léa de l'Enfant prodigue de Debussy, l'air d'Hérodiade et La Cloche de Saint-Saëns.

Presse très élogieuse, mais saison épuisante, au terme de laquelle eut lieu la représentation d'adieu de Lohengrin en hommage à Jeanne.

octobre 1927, FAUST

En octobre, Jeanne débute sur la scène du Théâtre-Royal de Liège dans le rôle de Marguerite de Faust: "En dépit d'une forte émotion, Mlle Lécuyer fit de bons débuts... Bonne comédienne, notre première chanteuse sut faire valoir la fraîcheur d'un timbre distingué, le charme de ses inflexions et une expression juste".

"Handicapée par l'émotion du premier contact avec le public, Mlle Lécuyer nous donna, du rôle de Marguerite, une interprétation très personnelle. Sa voix a beaucoup de fraîcheur et de charme et se trouve particulièrement à l'aise dans la ballade du roi de Thulé..." (Liège-Échos)

_____

octobre 1927, THAÏS

"Encore du Massenet! Nous n'avons garde de nous en plaindre: la variété avec laquelle le Maître français a traité ses différentes oeuvres fait qu'on entendrait celles-ci l'une à la suite de l'autre avec le même plaisir... L'exécution d'hier fut pour la troupe et l'orchestre l'occasion d'un succès. Madame Lécuyer qui tenait le rôle de Thaïs n'a pas trompé notre attente, nous avons pu apprécier sa voix d'une grande puissance qu'elle a eu l'occasion de déployer dans toute son étendue. Elle se révéla surtout à partir de l'air fameux du miroir. Elle a traduit son rôle avec brio au point de vue vocal. Son jeu scénique atteint à certains moments un réalisme prenant. Qu'elle nous permette cependant de trouver, à côté de ces élans de grande comédienne, l'une ou l'autre scène - au début notamment - empreinte d'une sobriété trop grande. mais cette réserve n'est faite que parce que nous sommes persuadés- que Madame Lécuyer peut atteindre la perfection."

_____

octobre 1927, LA TOSCA

"Dans nos compositeurs modernes, Puccini est certainement un des plus goûtés du public... Il fallait un Italien pour rendre cette expression violente des sentiments de haine, d'amour, de pitié, de violence et de tendresse qui sont exposés dans La Tosca... Nous avons déjà dit tout le bien que nous pensions de la voix de Madame Lécuyer dont nous avons admiré l'étendue et la sonorité du timbre. Elle eut l'occasion de la déployer de façon brillante dans cette partition à tessiture très vaste."

"Mlle Lécuyer, qui a fait un bond énorme depuis le début de la saison, joua le rôle de Floria avec beaucoup de distinction, d'émotion et de charme. La Prière fut chantée avec une grande élévation, où le trouble de l'âme se mêlait aux sentiments de la passion... Cette artiste mit beaucoup d'élan et de conviction dans son jeu et remporta un légitime succès."(Gazette de Liège)

_____

28 octobre 1927, soirée de gala, HÉRODIADE avec le ténor belge Fernand Ansseau

"Ce fut vraiment une grande soirée... Dirons-nous le triomphal succès remporté par M. Fernand Ansseau, dans le rôle de Jean? Après chaque air, ce furent de formidables acclamations, des bravos sans fin, des rappels sur rappels. Mais aussi, quelle voix d'or, quel timbre merveilleux, quelle qualité de sonorité! Très sobre dans son jeu, le magnifique artiste a des attitudes pleines de grandeur et de beauté. Sa diction est d'une clarté impeccable, son art vocal est absolument parfait, son expression musicale est d'un charme profond."

"Mlle Lécuyer, dans le rôle de Salomé, apparut extrêment gracieuse et fit valoir de bonnes qualités vocales."

_____

novembre 1927, création à Liège de RHÉNA, drame lyrique de J. Van den Eeden, créé en 1912 à la Monnaie de Bruxelles. Jeanne y tient le rôle titre.

"La direction du Théâtre-Royal vient de consacrer son premier gala de la saison à une oeuvre d'auteur belge, oeuvre considérée, à juste titre, comme une des meilleures parmi la production lyrique de notre pays. Rhéna, conçu dans le genre du drame lyrique moderne, a obtenu un vif succès et disons immédiatement que M. François Gaillard a été l'objet d'une chaleureuse manifestation à l'occasion de cette belle réalisation artistique...L'interprétation fut en tout point remarquable... Mlle Lécuyer, dont le rôle de Rhéna est écrasant, composa son personnage avec beaucoup de vérité et d'élan. Sa jolie voix se prêta, en dépit d'une écriture dans une tessiture fort élevée, admirablement au drame qui secoue son être tourmenté. On peut dire que le premier et le deuxième actes ne lui laissent pas un seul instant de repos, et cependant elle soutint l'oeuvre avec une extrême vaillance. Ce fut vraiment très bien, et très applaudi."

_____

janvier 1928, LA WALKYRIE, avec le ténor Paul Franz, de l'Opéra de Paris. Jeanne tient le rôle de Sieglinde.

"M. François Gaillard a le rare mérite d'avoir réinscrit au répertoire du Théâtre-Royal de Liège quelques oeuvres wagnériennes parmi les plus importantes: Lohengrin, Tannhaüser, Tristan et Yseult, Siegfried, La Walkyrie. Pour donner à cette dernière tout l'éclat et la justesse qu'elle réclame, M. F. Gaillard a fait appel à un des plus grands metteurs en scène wagnériens du moment, M. Poolman, directeur de l'Opéra National de La Haye. Il a réussi des merveilles...M. Franz, de l'Opéra, reste, dans la foule des artistes français, le seul vrai ténor wagnérien. Il en a la voix solide et longue, idéalement homogène, conduite avec l'art vocal le plus complet, servie par une diction d'une netteté absolue. Superbe Siegmund, M. Franz possède cette chose que nous ne définissons pas, et que nous appelons le style, c'est-à-dire la perfection, sans une faute jamais, sans un mot, un geste, une attitude, autorisant l'ombre même de la critique... Mme Lécuyer a tracé de Sieglinde une figure ardente, émouvante, tragique et douce à la fois, préparant le plus intelligemment qu'il soit le drame qui suivra: Siegfried. Avec une vaillance dont on le l'aurait peut-être pas cru capable, elle a tenu tête à la tessiture de sa partie, particulièrement dure. C'est pour elle un gros, un très gros succès, dont je suis heureux de la féliciter."

_____

février 1928, LOHENGRIN. Le 16, soirée d'adieu en l'honneur de Jeanne

"La soirée, qui fut brillante, était donnée en l'honneur de Mlle Lécuyer, première chanteuse. Disons tout de suite que le public liégeois rendit hommage à ses qualités d'artiste; applaudie, fleurie, Mlle Lécuyer reçut aussi de nombreux cadeaux. Un peu émue de se voir décerner tant de jolies choses, Mlle Lécuyer parut très sensible à ces marques d'admiration. De toutes les carrières théâtrales, celle de première chanteuse semble une des plus préilleuses. Non seulement elle réclame de grandes qualités vocales, de l'endurance, de sérieuses connaissances musicales, un répertoire étendu, mais aussi elle exige beaucoup de charme et de distinction. Mlle Lécuyer au cours de cette saison, nous a prouvé à maintes reprises qu'elle était à la hauteur de sa tâche. Elle fut, l'autre jour, admirée dans La Walkyrie; aujourd'hui, elle triomphe dans Lohengrin. Il est vrai que sa voix, au timbre chaud et prenant, est parfaitement conduite et que, bonne comédienne, Mlle Lécuyer se montre fort adroite. Elle chanta le rôle d'Elsa avec beaucoup d'élévation et de grandeur, tout en y mettant une expression profonde. Le succès qui lui fut fait fut largement mérité."

__________

1929-1931, CONCERTS À PARIS, ÉMISSIONS T.S.F. POUR LE POSTE PARISIEN

À son retour de Liège, Jeanne renonce à la scène pour se consacrer aux concerts et aux émissions à la radio. Le 12 novembre 1929, elle donne un concert salle Érard avec Charles Goetz et Gil Graven. Elle chante l'air de Marguerite de La Damnation de Faust de Berlioz, deux mélodies d'André Roussel et quatre mélodies de Schumann et Schubert. Le 30 décembre 1930, salle Chopin, concert avec le Quatuor La Candela-Pasquier. Jeanne chante trois mélodies de G. Lekeu et trois mélodies de Schumann.

Dès 1924, à l'occasion de son premier prix de Conservatoire, Jeanne s'était fait entendre le 18 juillet à la radio sur le tout récent Poste Parisien, lancé en avril 1924 par le directeur du journal Le Petit Parisien. En 1929, deux émissions lui sont consacrées, le 8 avril et le 16 septembre. En 1930, elle enregistre La Tosca, dirigée par Francis Casadesus toujours pour le Poste Parisien, et en 1931 La Vestale.

En 1933, Jeanne épouse Louis Dupré, artiste décorateur, restaurateur aux châteaux de Compiègne, Chantilly et Versailles, et se consacre désormais à ses leçons de chant et de piano.

concertGoetzGraven
concertLaCandelaPasquier
Jeanne1958
JeanneTSFTosca3
JeanneTSF2
JeanneTSF1

concerts de 1929 et 1930 salles Érard et Chopin

devant le micro du Poste Parisien en 1929

enregistrement de La Tosca dirigée par Francis Casadesus au pupitre à gauche, photo dédicacée à Jeanne Lécuyer

JeanneTSFTosca2
JeanneSalome
JeanneSalome2
JeanneThais2
JeanneThais
JeanneSalome3

1958, Jeanne au piano. Derrière elle, le panneau peint par son père Jules Lécuyer

RETOUR EN HAUT DE PAGE

item24
item1
item6a
SYLVIE LÉCUYER - LÉON-LOUIS LÉCUYER
accueilNerval accueilTrinite accueilcollages accueiloeil